Loading

Escapade à Douai

C'est toujours un plaisir de se promener dans cette cité aux rues bien ordonnées, bordées de vieilles demeures. Douai possède un charme indéniable pour qui sait la regarder, comme le peintre Corot en son temps ou encore l'illustre Victor Hugo...

Victor Hugo et Camille Corot, oui... Les deux monstres sacrés n'ont pas manqué de faire savoir leur fascination pour Douai, et notamment pour un monument : le beffroi, véritable dentelle de pierre. Immortalisé par Jean-Baptiste Corot, le beffroi douaisien fait partie aujourd'hui des collections du musée... du Louvre. Quant à Victor Hugo, il écrivit en 1837 : « Il y a là le plus joli beffroi que j'aie encore vu. Figure-toi une tour gothique coiffée d'un toit d'ardoise, qui se compose d'une multitude de petites fenêtres coniques superposées ; sur chaque fenêtre une girouette, aux quatre coins, une tourelle ; sur la pointe du beffroi, un lion qui tourne avec un drapeau entre les pattes ; et de tout cet ensemble si amusant, si fou, si vivant, il sort un carillon. Dans chaque petite lucarne, on voit se démener une petite cloche qui fait rage comme une langue dans une gueule. J'ai dessiné cette tour, et quand je regarde mon dessin, il me semble encore entendre ce joyeux carillon qui s'en échappait comme la vapeur naturelle de cet amas de clochetons. » Difficile de faire plus bel hommage !

UNE LONGUE HISTOIRE
C'est vrai que l'hôtel de ville et le beffroi sont absolument fascinants. D'abord parce que ces deux édifices accolés sont sublimes à contempler (vous pouvez passer de longues minutes à scruter les détails !) mais aussi parce qu'ils en disent long sur le passé de la ville. Le beffroi est d'ailleurs inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco. Au cours des siècles, Douai fut une capitale drapière, une ville universitaire, une ville religieuse (32 couvents recensés autour de la grande collégiale Saint-Pierre à la veille de la Révolution), un centre administratif, la préfecture du Nord... Aujourd'hui encore, elle est la capitale judiciaire de la région (cour d’appel, cour administrative d’appel et cour d’assises). C'est dans l'ancien Parlement de Flandre, construit en 1713 que siège encore la Cour d'Appel. De par son positionnement géographique au cœur du bassin minier, elle fut aussi marquée par l'épopée minière...

UN PATRIMOINE D'EXCEPTION
Cette histoire se lit encore dans la ville tel un musée à ciel ouvert. Au détour de ruelles et de grandes artères, les édifices semblent vouloir nous conter leurs secrets. Ainsi : l'hôtel du Dauphin sur la place d'Armes, l'un des plus anciens bâtiments de la ville, la collégiale Saint-Pierre, les façades XVIIIe le long de la Scarpe, le Parlement de Flandre sans oublier la Chartreuse qui abrite aujourd'hui un magnifique musée... Un seul mot d'ordre : flâner le nez en l'air.

Riche d'un patrimoine exceptionnel et d'une situation privilégiée au bord de la Scarpe, Douai promet aussi de belles expériences. Tour d'horizon des visites et activités à ne pas manquer.

POUR LES ACCROS AU SHOPPING : UN CENTRE COMMERÇANT
Si comme nous, vos journées shopping sont synonymes de cœur de ville pour privilégier les petits commerces et les boutiques indépendantes, Douai possède quelques belles adresses ! La cité de Gayant compte à elle seule plus de 300 magasins. Si les grandes chaînes sont bien sûr présentes, de nombreuses boutiques (déco, prêt-à-porter, bijoux) gérées par des passionnés feront briller vos yeux. Douai dispose également de bars, de salons de thé et de restaurants de qualité. On y passe volontiers la journée pour lâcher prise et se faire plaisir. Tout simplement.

POUR LES TÉMÉRAIRES : L'ASCENSION DU BEFFROI
Il faut compter une heure, mais le jeu en vaut la chandelle ! Non seulement, les différentes salles exposent tout ce qu'il faut retenir de l'histoire de la ville, mais surtout l'expérience réserve quelques jolies surprises comme celle de découvrir l'un des plus grands carillons d'Europe. 62 cloches ! Avec un peu de chance, le carillonneur vous laissera sa place... Rassurez-vous, les Douaisiens ont l'habitude qu'on malmène leurs oreilles ! L'autre surprise, c'est aussi le panorama offert sur la ville. Là-haut, les tours où se postaient autrefois les guetteurs, accueillent aujourd’hui les visiteurs. La place d'Armes dresse ainsi son plus beau profil. Au sommet, on prend toute la mesure du charme de la cité.

POUR LES MUSÉOPHILES : LA CHARTREUSE
Méconnu à tort, le musée de la Chartreuse de Douai figure parmi les plus beaux musées de la région. Fondé avec trois cents tableaux saisis par la Révolution dans des institutions religieuses, il existe depuis... 1800 ! Ainsi, une partie de l'ancien couvent des Chartreux sert d'écrin aux toiles de maître de la Renaissance italienne, aux retables flamands d'abbayes voisines et autres tableaux flamands et hollandais. Un lieu idéal pour (re)découvrir l'histoire de la ville avec notamment le plan relief qui nous plonge dans le Douai du XVIIIe siècle et les somptueuses peintures de Jean Bellegambe qui vit le jour à Douai vers 1470.

POUR LES RÊVEURS : UNE CROISIÈRE SUR LA SCARPE
Et pourquoi pas une promenade en bateau loin de l'effervescence de la ville ? Depuis l'embarcadère du Palais de Justice, laissez-vous aller à une balade en barques électriques au fil de la Scarpe. Le long des jardins et des maisons aux façades restaurées, le guide vous conte le rôle essentiel de la Scarpe dans l’histoire et le développement de la ville : de l’industrie drapière du XIIe siècle aux moulins et tanneries dont certains ont laissé leur empreinte. Mais aussi la ville française avec ses rangs de façades du XVIIIe siècle, ses hôtels particuliers et le Parlement de Flandre qui administre la nouvelle province française.

Pour plus d'informations sur Douai et les événements : http://www.douaisis-tourisme.fr

Les derniers articles VISITE GUIDÉE

  • Journée shopping à Arras

  • Escapade à Wimereux

  • Escapade à Dunkerque

  • Un week-end à Arras

  • Week-end au Resort Barrière Lille

  • Escapade à Valenciennes

  • Escapade à Lens

  • L'été en Côte d'Opale